BNP Paribas peut-elle vraiment devenir un leader mondial des « prime services » ?

eFC logo

A la suite de leur accord préliminaire, BNP Paribas et Deutsche Bank ont signé lundi un accord ("Master Transaction Agreement") qui vise à assurer la continuité du service aux clients Global Prime Finance et Electronic Equities de Deutsche Bank. Cet accord prévoit que la banque allemande continuera d’assurer la gestion de la plateforme jusqu'à ce que l’activité des clients puisse migrer vers BNP Paribas.

Les deux banques continueront de travailler étroitement ensemble afin d'assurer aux clients une transition fluide grâce à la migration de la technologie et des équipes clés de Deutsche Bank vers BNP Paribas. Cet accord ferme reste soumis à l’approbation des autorités compétentes. « Nous sommes à présent impatients d'accueillir les équipes et d’accompagner ces nouveaux clients », déclare Yann Gérardin, directeur général adjoint et responsable de BNP Paribas CIB.

L’accord pourrait concerner jusqu’à 1.000 personnes, a indiqué une porte-parole de la BNP, tandis qu’une source proche du dossier avait évoqué fin août le chiffre de 800 personnes, principalement basées à Londres, New York ou en Asie. Des milliards d'euros d'actifs liés à la clientèle de la banque allemande devraient ainsi progressivement être transférés vers BNP Paribas d'ici 2021

Une place à prendre ?

L'accord passé avec Deutsche Bank « prouve l'engagement de BNP Paribas vis-à-vis des investisseurs institutionnels partout dans le monde », s'est félicité Yann Gérardin en référence à la stratégie offensive de la banque française à destination des fonds d'investissements qui ne date pas d’hier puisqu’en 2008 déjà, BNP Paribas avait acquis l'activité de prime brokerage actions de Bank of America.

Mais si BNP Paribas figure dans le haut des classements internationaux concernant les dérivés actions, qu’en est-il vraiment dans les services aux hedge funds ? Selon le cabinet Coalition, classement dominé par Morgan Stanley, JP Morgan et Goldman Sachs, ce transfert pourrait faire grimper la banque française dans le Top 4 ou Top 5 mondial.

BNP Paribas semble donc être bien parée pour monter en puissance dans les services aux hedge funds (prêts de titres, mise en pension de titres, exécution des ordres, règlement-livraison, reporting, etc.) et avoir sa part du gâteau dans un marché qui génère plus de 18 Mds$ dans le monde, soit à peu près le même montant que les revenus combinés tirés de la négociation de dette d'entreprises et de devises.

Mais même si BNP Paribas parvient à occuper la 4ème ou 5ème place mondiale, elle sera encore loin derrière les grandes banques américaines en termes de clients, selon le classement Top Prime Brokers qui recense le nombre de clients hedge funds au 1er trimestre 2019. A supposer que BNP récupère tous les clients de DB, elle compterait alors un peu moins de 900 clients, et se sitiuerait loin derrière Goldman Sachs et ses 1.900 clients, Morgan Stanley (1700 clients) et JPMorgan (1500 clients). 

Vous avez un scoop, une anecdote, un conseil ou bien un commentaire que vous aimeriez partager ? Contact : tiochem@efinancialcareers.com

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...