Les banques qui n’auront sans doute pas les moyens de verser de gros bonus cette année

eFC logo
Les banques qui n’auront sans doute pas les moyens de verser de gros bonus cette année

L’heure est à l’effervescence : Johnson Associates vient de publier ses dernières prévisions de bonus en banque et les nouvelles sont bonnes pour les bonus en sales et trading pour 2020. D’après les prévisions, les bonus de cette année devraient progresser suivant les pourcentages apparaissant dans le tableau ci-dessous.

C’est donc une bonne nouvelle, et même une très bonne nouvelle. Si ce n’est que toutes les banques n’ont pas les moyens d’une telle générosité.

Comme l’indique l’enquête publiée par le cabinet d’études en banque Tricumen le 12 novembre, 2020 n’a pas eu le même impact pour toutes les divisions sales et trading des banques. Si une banque comme Goldman Sachs a - en théorie - les moyens de rémunérer confortablement ses traders cette année, il n’en va pas forcément de même pour Credit Suisse ou SocGen.

Une prévision lissée d’une augmentation de 45% pour les bonus risque donc d’en décevoir plus d’un.

Le graphe de Tricumen ci-dessous représente ses estimations des coûts d’exploitation des banques en proportion de leurs revenus dans les activités de fixed income et equities sales and trading, évalués par rapport à la moyenne du marché. Plus une banque est proche du centre du graphe, moins elle a été performante au cours des neuf premiers mois de 2020.

Selon les calculs de Tricumen, SocGen et Credit Suisse ne sont pas les seuls à la peine en termes de coûts en vente et trading fixed income : c’est aussi le cas de NatWest Markets (RBS NW) et d’UBS. En equities, les mauvais élèves sont SocGen et BNP.

Ratio coûts d’exploitation/revenu pour les neuf premiers mois de 2020 (valeurs positives = performance supérieure au groupe de référence ; valeurs négatives = sous-performance)

Avant que l’enthousiasme ne s’empare des éventuels concernés dans les banques les plus performantes comme Barclays, il est bon de rappeler que les banques ont largement relayé leurs intentions de ne pas appliquer aux bonus une augmentation proportionnelle à celle de leurs revenus. Le CEO de Barclays Jes Staley a déclaré le mois dernier « ne pas vraiment voir de relation linéaire entre la rémunération variable et les revenus variables » et que « c’est plus nuancé que cela. »

Alors que les perspectives économiques pour 2021 restent floues, que les banques européennes ne versent toujours pas de dividendes et que le contrecoup de 2008 est encore dans toutes les mémoires, les banques hésiteront aussi à payer des bonus importants à l’aube d’une année qui s’annonce encore pleine d’incertitudes.

Une hausse de 45% serait la bienvenue, mais ne la tenez pas pour acquise.

Crédit photo : Mark Williams sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available.

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...