Le regard sur la vie d’un associate de Goldman à qui on avait donné six mois à vivre

eFC logo
Le regard sur la vie d’un associate de Goldman à qui on avait donné six mois à vivre

Un associate de l’équipe private equity de Goldman à Londres qui a survécu à un cancer vient de poster une vidéo sur YouTube pour expliquer en quoi tout cela avait changé sa vie.

« Il y a dix ans, on m’a dit qu’il ne me restait peut-être que 6 mois à vivre, » raconte Yaajan Govindia. « Dix ans plus tard, je me rends compte que c’est peut-être la meilleure chose qui me soit arrivée. »

Il avait à peine 15 ans lorsque le diagnostic est tombé : Yaajan Govindia souffrait d’un cancer. Il a subi quatre chimiothérapies et une intervention chirurgicale en urgence, et se trouve depuis en rémission. Diplômé en 2016 de la London School of Economics avec mention Très Bien, il a intégré dans la foulée l’équipe TMT de Nomura avant de rejoindre Goldman en 2017. Il y est aujourd’hui associate dans la division Private Equity.

Les postes en banque d’investissement sont réputés pour leurs horaires à rallonge, mais Yaajan Govindia semble ne pas s’être laissé rebuter. « Le cancer m’a appris que la vie est courte, et qu’à chaque instant, la maladie peut nous emporter, nous ou quelqu’un qui nous est cher ; ne prenez pas le temps pour acquis, » dit-il. « Peu importe combien vous gagnez ou quelle est votre réputation, le temps est la seule chose que l’on ne peut pas rattraper. Faites en sorte de le consacrer aux gens qui comptent pour vous, et à ce qui vous plaît vraiment. »

Il s’élève aussi contre le matérialisme qui peut constituer un élément central de certaines carrières bien rémunérées en banque. « Nous sommes destinés à aimer les gens et utiliser les choses, mais bien trop souvent dans ce monde, nous aimons les choses et utilisons les gens. »

« Le cancer m’a appris à me détacher des choses matérielles de ce monde, et démontré comment la réalisation personnelle et le bonheur se concrétisent grâce aux contacts et à la relation aux autres, » poursuit-il. « J’ai découvert que plus je m’accrochais à l’éphémère dans ce monde, plus mon bonheur devenait lui aussi éphémère. »

Yaajan Govindia conclut que le cancer peut être source « d’éveil et même de bonheur ». « Nous ne pouvons pas comprendre les choses dans le feu de l’action, en particulier tout ce qui est négatif, » mais même les événements malheureux peuvent nous donner des leçons de vie. « Comme disait Steve Jobs, ‘vous ne pouvez pas relier les points par anticipation, vous ne pouvez le faire qu’avec du recul – il faut avoir confiance et croire qu’ils se relieront dans le futur’. »

Crédit photo : Jason Leung sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available.

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...