La banque d’investissement de Credit Suisse bien mal en point au vu des derniers résultats

eFC logo
La banque d’investissement de Credit Suisse bien mal en point au vu des derniers résultats

D’abord les bonnes nouvelles. Credit Suisse n’a pas réduit ses effectifs en banque d’investissement cette année : elle y compte 90 personnes de plus qu’il y a six mois. Et les départs n’ont pas non plus été aussi nombreux que le laissaient supposer les échos qui en faisaient état : Credit Suisse indique que son turnover est peu ou prou resté stable. « Nous avons investi dans des recrutements majeurs dans toutes les divisions, y compris en banque d’investissement, » déclarait hier son CEO Thomas Gottstein.

Il a également insisté sur la « résilience » de la banque d’investissement, la progression de son activité de titrisation, l’augmentation des revenus cumulés des marchés ECM et DCM et sur la « solidité » du pipeline M&A « en hausse à la fois par rapport au précédent trimestre et au même trimestre de l’an dernier. » Dans un monde parallèle où la perte de 5,5 milliards de dollars liée à Archegos n’aurait pas existé, la banque d’investissement de Credit Suisse aurait enregistré un rendement de 17% sur le capital réglementaire au deuxième trimestre de cette année.

Dans le monde réel, pourtant, l’épisode Archegos a bien eu lieu, et la banque d’investissement de Credit Suisse a essuyé une perte de 76 millions de francs suisses au deuxième trimestre – avec un rendement de -2,4% sur le capital réglementaire.

Alors que les banques concurrentes se félicitent d’un autre trimestre très réussi, en particulier en M&A, ECM et ventes et trading actions, la banque d’investissement de Credit Suisse a vu ses revenus baisser dans quasiment tous les secteurs. C’était en partie inévitable : la banque redimensionne son activité de prime brokerage où sont intervenues les pertes Archegos, d’où une chute de 17% des revenus des ventes et trading actions d’une année sur l’autre, même sans prendre en compte les pertes Archegos. Mais pas partout : les revenus M&A ont enregistré une baisse de 37% alors même que l’activité M&A de ses concurrentes progressait. Les revenus fixed income sont eux aussi en chute de 37%, avec des baisses en marchés émergents, macro et crédit. L’activité trading crédit de Deutsche Bank a prospéré au deuxième trimestre – mais la banque allemande n’a pas vu partir ses meilleurs traders crédit l’an dernier. Credit Suisse met son recul en M&A sur le compte du timing des deals, mais il peut tout aussi bien être lié à la défection de certains de ses meilleurs banquiers M&A, passés à la concurrence au cours des derniers mois.

Thomas Gottstein a précisé que Credit Suisse réduisait intentionnellement la taille de sa banque d’investissement. Si Deutsche Bank a augmenté d’environ 10% les actifs à risque pondéré (RWA) dans sa banque d’investissement au deuxième trimestre, Credit Suisse les a réduits - de 20 milliards de dollars depuis mars, et l’exposition à effet de levier est en baisse de 41 milliards de dollars, soit 11%.

Tout cela se répercute sur les salaires. Les dépenses de rémunération de la division ont baissé de 13% au premier semestre par rapport aux six premiers mois de 2020 (impliquant une réduction des bonus d’au moins 20%). Laurence Haddad, CFO de Credit Suisse, et Thomas Gottstein ont tous deux indiqué que les bonus pour 2021 se situeraient au bas de la fourchette. À moins de bénéficier d’un bonus de rétention, les banquiers d’investissement et traders de Credit Suisse gagneront presque certainement moins que l’an dernier.

Bonus mis à part, pourtant, la vraie question est de savoir ce qui va se passer maintenant. Pour Laurence Haddad, le désendettement et la réduction des actifs à risque pondéré ne seront pas reconduits au troisième trimestre, mais certains changements restent nécessaires. Avec un ratio

coût/revenu de 104% en banque d’investissement – Archegos compris – et 78% hors Archegos au deuxième trimestre, le choix se limite à deux options : soit les coûts de la banque d’investissement de Credit Suisse baissent, soit les revenus augmentent. Le nouveau président du conseil d’administration, António Horta Osorió, s’active à élaborer un plan stratégique sur trois ans qui sera dévoilé à la fin de l’année. Les employés de la banque d’investissement devront croiser les doigts et espérer qu’il mette l’accent sur la croissance – même si cela semble plus facile à dire qu’à faire après les événements du printemps dernier.

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close
Loading...