Comment les banquiers français, allemands et italiens ont disparu de Londres

eFC logo
Comment les banquiers français, allemands et italiens ont disparu de Londres

La pression commence à monter dans le recrutement en services financiers à Londres. Neuf mois après le Brexit et en pleine pénurie de carburant qui n’est pas sans rappeler la Russie de l’époque soviétique, le flux de talents du secteur bancaire entre l’Union Européenne et Londres devient un vrai problème.

« Il y a manifestement moins de candidats ressortissants de l’UE à Londres aujourd’hui, » constate le responsable d’un cabinet de recrutement de la City. « La levée des restrictions de voyage liées à la COVID permet de finaliser des centaines de transferts de Londres vers l’Union, et cela exacerbe la pénurie de talents – en particulier aux niveaux juniors. »

Cela ne signifie pas que les ressortissants de l’UE en recherche d’emploi ont complètement disparu de la City. Le tableau ci-dessous indique le pourcentage de CV pour des postes en M&A ajoutés à la base eFinancialCareers par des candidats originaires d’un pays de l’UE au cours des 12 derniers mois par rapport à ce qu’il était il y a cinq ans. En proportion du total, tous les chiffres sont en baisse ; le nombre de candidats de langue maternelle allemande, par exemple, a été divisé par deux depuis 2016.

A lire aussi…

Close