Pourquoi les hedge funds sont devenus fans de Python comme langage de programmation

eFC logo
Pourquoi les hedge funds sont devenus fans de Python comme langage de programmation

Nat Kilsby avait raison. L’ancien Head of Operations Engineering de Goldman Sachs, aujourd’hui COO de Quadrature Capital, nous confiait en mars dernier que les hedge funds n’avaient d’yeux que pour les codeurs en Python et que Python était devenu le langage à apprendre pour les postes en hedge funds car il faisait office de lien entre recherche et technologie.

Huit mois plus tard, les technologues s’accordent sur un point : la demande d’expertise en Python dans les hedge funds atteint des sommets inédits.

« À mesure que l’utilisation des techniques de machine learning et l’analyse statistique influence de plus en plus le processus d’investissement des fonds, Python et les bibliothèques associées (Pandas et autres) remplacent R, Java et C++, » indique Dean Looney, recruteur pour la finance quantitative au sein du cabinet londonien Referment. Python offre tout simplement « beaucoup plus de flexibilité et de fonctionnalités » aux technologues quantitatifs, ajoute-t-il.

Les hedge funds n’utilisent pas Python pour tout, mais tout de même pour beaucoup de choses. Balyasny Asset Management par exemple, recherche des analystes données familiers de Python pour travailler en recherche fondamentale, collecte et traitement de données, et génération de back-testing basé sur les données. Cela dit, elle cherche aussi des candidats capables de coder en C# pour travailler sur des systèmes de trading en front office offrant une latente inférieure à la seconde.

Python est trop lent pour remplacer C++, C# ou Fortran dans les systèmes haute fréquence, mais pour de nombreux hedge funds et de multiples fonctions pour lesquelles il est requis, ce n’est pas un problème. « Python n’est pas le langage le plus rapide du monde – mais il l’est suffisamment pour faire la plupart du temps ce que les hedge funds attendent de lui, » précise Sean Hunter, ex-VP technologie de Goldman Sachs, aujourd’hui consultant tech. « De nombreux hedge funds ont un notebook Python qu’ils font tourner une fois par jour pour pousser toutes leurs positions et faire tous les calculs de risque. »

Meilleur commentaire sur cet article

Les ingénieurs et scientifiques sont restés cantonnés à Fortran pour sa précision mathématique, et on connaît la suite. Python leur a offert un moyen de s’en échapper, et ils ont saisi l’occasion.

Python présente aussi l’avantage d’être facile à apprendre et à utiliser par rapport à C++ et Fortran, et il s’intègre facilement aux plateformes comme AWS à mesure que les hedge funds migrent vers le cloud.

Il en résulte ce que les recruteurs décrivent comme une hausse substantielle de la demande en développeurs Python dans les hedge funds, comparé aux autres secteurs.

Ceci se reflète également dans les annonces publiées sur eFinancialCareers. Comme le montre le tableau ci-dessous, Python est cité dans 39% des annonces pour des postes tech en hedge funds, contre 25% pour C++.

Les hedge funds comme Man Group sont depuis longtemps des promoteurs de Python, mais jusqu’à ces dernières années, bon nombre d’entre eux utilisaient toujours R ou Matlab. La popularité des packages Python comme Pandas et Numpy, qui améliorent la fonctionnalité de Python, a contribué à faire bouger les choses. Tout comme Cython, capable de rendre Python jusqu’à 30 fois plus rapide.

« Il y a cinq ans, C++ et Java régnaient en maître dans les hedge funds, maintenant, c’est le tour de Python, » commente un autre chasseur de têtes en technologie dans cet univers. « Comme langage, il a largement fait son chemin ces dernières années. – Python est un langage orienté objet à part entière, mais il est très simple à apprendre et à utiliser. Les fonds à haute fréquence continueront d’utiliser C++, mais pour les autres, Python est largement suffisant. »

Pour Dean Looney, le profil idéal pour les hedge funds de nos jours est celui du développeur quantitatif en Python, capable de traduire rapidement les idées de traders quantitatifs en code exploitable. Les bons candidats peuvent viser des salaires de base de 120k à 150k £ (de 143k à près de 180k €) à Londres, auxquels s’ajoutent des bonus de 150%.

Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close