Un « très riche » banquier de 52 ans continue de travailler la nuit et les week-ends

eFC logo
Un « très riche » banquier de 52 ans continue de travailler la nuit et les week-ends

Au bout de trente ans dans la finance et avec une fortune personnelle à neuf chiffres, on pourrait imaginer que Steve McLaughlin profite un peu plus de la vie. Mais dans un long portrait du « banquier le mieux payé de la technologie financière, » le Wall Street Journal laisse entendre que le dynamisme de Steve McLaughlin fait – naturellement – partie intégrante de sa réussite.

Steve McLaughlin, qui a travaillé huit ans chez Goldman Sachs comme Head of Global Financial Technology Group, Investment Banking, est un banquier et entrepreneur exceptionnellement doué. Il a allié le meilleur des deux pour créer Financial Technology Partners - une boutique spécialisée en fintech à New York et San Francisco, qui emploie aujourd’hui plus de 200 personnes et peut s’enorgueillir d’une valorisation estimée à 2 milliards de dollars ou plus. Steve McLaughlin en est l’unique propriétaire.

Dans la banque, son talent particulier tient à sa capacité à atteindre des valorisations exceptionnelles pour les sociétés pour lesquelles il travaille. Il l’a exercé cette année auprès de Revolut, la néobanque britannique fonctionnant par le biais d’une application mobile, valorisée à 5,5 milliards de dollars en 2020 lors d’une levée de fonds menée par JPMorgan, puis à 33 milliards de dollars cette année lors de la dernière, menée par FT Partners – soit une valorisation multipliée par six.

Côté entrepreneur, le talent particulier de Steve McLaughlin semble être de négocier des honoraires faramineux avec ses clients, de les faire garantir qu’ils utiliseront FT Partners pour leurs futurs deals, et d’investir personnellement dans les sociétés de ses clients pour redistribuer les bénéfices. Il a récemment levé 500 millions de dollars pour une SPAC.

Même au bout de trente ans, avec une fortune personnelle considérable et 200 employés pour partager son fardeau, ces talents remarquables sont bien ce qui retient Steve McLaughlin de traîner au lit le matin et d’arpenter les terrains de golf à longueur de journée. En octobre, FTP était conseil pour l’introduction en bourse à 660 millions de dollars d’AvidXchange ; et selon Mike Praeger, le CEO lui-même d’AvidXchange, Steve McLaughlin s’est investi au-delà de toute attente. – Il passait son temps en coups de fil tard le soir ou la nuit, et partait en jet privé le week-end en Caroline du Nord pour travailler sur la stratégie. Dans ce cas précis, il a réclamé ses habituels honoraires colossaux, mais pour Mike Praeger, c’était totalement mérité. – Steve McLaughlin l’avait dissuadé de vendre AvidXchange pour un prix très inférieur à sa valeur de marché.

Morale de l’histoire : si vous êtes bon dans ce que vous faites, si vos clients vous adorent, si vos honoraires sont acceptés sans discussion aussi astronomiques soient-ils et qu’on vous offre des babioles comme des jets privés, alors faire des semaines à n’en plus finir n’a plus guère d’importance. Passer ses nuits et ses week-ends à travailler n’est pesant que pour les analysts et associates cantonnés aux présentations PowerPoint et aux tableurs Excel. Mais peut-être aussi les analysts et associates s’impliquent-ils un peu moins que Steve McLaughlin...

Crédit photo : William Krause sur Unsplash

Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close