Deux mots qui terrifient les traders en banque à Londres

eFC logo
Deux mots qui terrifient les traders en banque à Londres

Lorsque nous avons interrogé les banques de Londres afin de savoir si leurs transferts d’effectifs vers l’Union européenne étaient terminés fin 2021, la réponse a été « à peu près ». Le verdict, en fait, était que « la plupart l’étaient quasiment » ou complètement. Mais cela paraissait peu probable sur l’instant. Et à l’approche de la mi-janvier, cela ressemble bel et bien à un vœu pieux.

Dans un long article du 10 janvier, le Financial Times rappelait que les transferts de postes en banque dans le cadre du Brexit ne sont toujours pas terminés. Comme nous l’avions souligné dans nos prévisions pour 2022, les banques peuvent penser qu’elles en ont fini avec les relocalisations de personnel, mais c’est sans compter sur les vues quelque peu divergentes des régulateurs.

Selon plusieurs chasseurs de têtes, l’Autorité bancaire européenne (ABE) s’est attachée ces dernières années à renforcer son équipe de supervision, et ce groupe aujourd’hui très étoffé s’attaque maintenant à faire bouger les lignes pour sortir du statu quo. Depuis le Brexit, les banques ont bien relocalisé des postes hors de Londres, mais bon nombre de ces relocalisations concernaient des fonctions de vente en contact direct avec les clients plutôt que des traders. – En utilisant les fameuses techniques de trading ‘back-to-back’, par lesquelles les transactions intervenant dans l’UE sont dupliquées à Londres afin de gérer le risque à la City, les banques ont effectivement pu poursuivre leurs opérations de trading hors du Royaume-Uni.

2022 pourrait bien être l’année où les régulateurs mettront un point final à cette pratique. D’après le FT, les régulateurs contraignent actuellement les banques à se conformer à des exercices de « desk mapping », deux mots qui pourraient sonner le glas des traders à Londres. – L’ABE a depuis longtemps indiqué qu’elle tolérerait le trading back-to-back jusqu’à un certain point, sauf à ce que les structures des banques sur le continent ne constituent que des « coquilles vides » sans « substance pour identifier et gérer les risques qu’elles génèrent. » C’est ce que le « desk mapping » – autrement dit la cartographie visant à répertorier les transferts de Londres vers l’UE – doit déterminer, et en parallèle à son déroulement, certains signes ne trompent pas, qui montrent que les banques étoffent leurs infrastructures locales de trading – Goldman Sachs vient par exemple de recruter un juriste trading senior, précédemment en poste chez Deutsche Bank à Francfort.

Même si plus personne ne sera transféré de Londres pour satisfaire l’ABE, 2022 verra sans doute une forte hausse des recrutements à l’échelle locale dans les pays de l’Union. Le FT relève d’ailleurs que les effectifs de JPMorgan à Paris sont censés passer cette année de 250 à 800 personnes…

Cliquez sur ce lien pour télécharger notre enquête complète sur les salaires et bonus.

Photo by Michelle Tresemer on Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available.

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close