Les banques européennes loin derrière sur les salaires d’analysts

eFC logo
Les banques européennes loin derrière sur les salaires d’analysts

Alors que les banques d’investissement américaines sont engagées dans une nouvelle série d’augmentations de salaires en faveur de leurs analysts et associates, le différentiel de salaire avec leurs homologues européennes s’est encore creusé pour atteindre un niveau record.

Ces dernières semaines, JPMorgan, Bank of America et Citi ont toutes décidé de relever à nouveau les salaires de leurs employés les plus juniors. Les banques européennes de leur côté, sont restées tristement silencieuses.

Certes, la plupart d’entre elles n’ont pas encore dévoilé leurs bonus et peut-être prévoient d’elles d’informer leurs effectifs juniors de hausses de salaire à venir au moment de l’annonce des bonus. Il se peut aussi tout simplement qu’elles envisagent de retarder le plus possible ces revalorisations alors qu’elles ont déjà augmenté leurs analysts l’an dernier.

Le tableau ci-dessous reflète notre interprétation des salaires actuels pour les analysts de première année en M&A et banque de financement dans les grandes banques d’investissement et boutiques de Londres – exprimés en livres sterling. Il en ressort que Centerview Partners proposerait les salaires les plus élevés, pour les boutiques et toutes catégories confondues. Pour les banques comme pour l’ensemble du classement, c’est Deutsche Bank qui fermerait la marche. La plupart des banques américaines rémunèrent aujourd’hui leurs analysts de première année (salaire seul) 10k £ - soit 12k € - de plus par an que les banques européennes.

Le fossé se creuse pour les analysts de deuxième année, à qui les banques américaines versent des salaires de 80k £ / près de 96k € contre 65k £ / environ 78k € pour la plupart des banques européennes - soit 5k £/ 6k € de moins que ceux des analysts de première année dans les banques US.

Toutes les banques n’emploient pas nécessairement de nos jours des analysts de troisième année, mais pour celles qui le font, les salaires dans les banques américaines se montent en général à 95k £ / 114k €, alors que les européennes en sont toujours à 70k £ / 84k €.

À l’évidence, la question ne se limite pas aux salaires : il y a aussi les bonus. Mais là non plus, les banques européennes ne sortent pas particulièrement du lot. Alors que des banques comme Goldman Sachs commencent à verser aux juniors des bonus proches de 100% de leurs salaires – voire plus, les banques européennes sont plus susceptibles de s’en tenir à l’ancien modèle, consistant à accorder des bonus compris entre 50% et 80% du salaire.

Les salaires du tableau ci-dessous n’ont pas été confirmés par les banques concernées.

Christian Sewing, CEO de Deutsche Bank, a déclaré la semaine dernière être « très préoccupé » par l’inflation des rémunérations en banque, ajoutant toutefois qu’il était nécessaire pour DB de jouer le jeu afin de retenir ses talents. Sa préoccupation est pour le moins compréhensible : à la même époque l’an dernier, les salaires des analysts de première année chez Deutsche Bank à Londres étaient de 50k £ / environ 60k €. Si DB les relève à 70k £ pour s’aligner sur les banques américaines, l’inflation des salaires des juniors atteindra 40% sur un an.

A lire aussi…

Close