Nouveaux départs de MD chez BNP Paribas sur fond d’instabilité

eFC logo
Nouveaux départs de MD chez BNP Paribas sur fond d’instabilité

Il n’y pas si longtemps que BNP Paribas finalisait l’achat de l’activité Global Prime Finance et Electronic Equities de Deutsche Bank. Le processus entamé en juin 2020 s’est achevé début janvier cette année. Dans ce cadre, BNP a récupéré de DB plusieurs professionnels seniors des métiers actions, mais comme nous avons pu le remarquer depuis, tous ne restent pas.

Le dernier en date à reprendre sa liberté est James Rubinstein, ancien responsable Electronic Equities pour la région Amériques chez Deutsche Bank. Arrivé chez BNP Paribas en avril 2021, le voilà parti vers d’autres horizons moins d’un an plus tard, pour devenir Head of Execution and Quantitative Services chez Liquidnet, là aussi pour la région Amériques.

James Rubinstein était arrivé chez Deutsche Bank en 2018, après 13 ans passés chez UBS ; compte tenu de l’état de l’activité de DB à l’époque, il avait sans doute été incité à franchir le pas par Peter Selman, alors Head of Equities de la banque allemande. Une incitation qui appartiendra bientôt à un lointain passé, alors que BNP Paribas n’a pas la réputation d’être particulièrement généreuse en matière de rémunération.

Liquidnet correspond au type de structure non bancaire, spécialisée en trading électronique, identifiée par Goldman Sachs comme une concurrente du Tier One dans sa dernière circulaire d’information annuelle, publiée ce mois-ci. Réseau institutionnel de trading et opérateur de dark pool, c’est un courtier d'agence à la fois en actions et produits fixed income, rachetée par TP ICAP en 2020. Après avoir réduit ses effectifs de 20% dans les années précédant la fusion, Liquidnet a fonctionné depuis avec environ 500 employés et pense aujourd’hui à recruter. Elle compte actuellement quelques 25 postes à pourvoir dans le monde.

James Rubinstein n’est pas le seul ancien de DB à avoir décidé de quitter BNP Paribas. De nombreux autres départs se sont succédés au sein des équipes de prime brokerage et de trading électronique ces deux dernières années.

BNP Paribas cache pas son optimisme quant à ses plans de croissance, mais les bénéfices de ses activités de marchés dans le monde ont chuté de 14% en 2021. Des sources internes feraient état d’une certaine instabilité au sein de l’entité concernée par la fusion avec Exane et de la partie rachetée à Deutsche Bank.

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Télécharger le guide des carrières pour jeunes diplômés d’eFinancialCareers

Crédit photo : Noah Franz sur Unsplash

​​​Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Close