Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs

L’indignation d’une tradeuse de Deutsche Bank partie avec un bonus de 21 000 livres

La difficulté quand on est un « problem solver », c’est que la réussite de la mission induit une forme d’exclusion. Concrètement pour un banquier, prendre une fonction centrée sur la résolution de problème (plutôt que sur le développement d’un business) revient à s’en remettre aux autres pour la suite de sa carrière : vous pouvez être un employé de la plus haute importance tant que vous travaillez à votre mission, mais dès qu’elle est terminée, c’en est fini de l’effet de levier et votre bonus ne dépend plus alors que du bon vouloir de la personne qui aura pu s’engager un jour ou l’autre à ce que vous soyez bien traité.

Selon une procédure engagée par Shikha Gupta, ancienne credit tradeuse de Deutsche Bank, c’est exactement la situation cauchemardesque dans laquelle elle s’est retrouvée, pour finir par être licenciée sans ménagement. Elle travaillait au sein de l’activité « Non-Core Operations » de DB, une structure de défaisance chargée de réduire les portefeuilles hérités, liquidée en 2016 (à ne pas confondre avec l’entité ‘Capital Release Unit’, une autre structure de défaisance chargée de réduire d’autres portefeuilles hérités, montée celle-ci en 2019). Shikha Gupta a été licenciée en 2017, avec un bonus de 21,5k £ (soit environ 24,4k € à l’époque).

Pour un credit trader très performant, ce genre de montant n’a rien d’un bonus – c’est plutôt au Royaume-Uni le prix de la bouteille de vin achetée pour fêter le bonus. Shikha Gupta avait gagné 485k £ en 2016 et prétend qu’on lui aurait promis, à son arrivée dans l’équipe, qu’elle serait payée « plus qu’elle ne l’avait jamais été ». Certes, il n’y avait pas de trace écrite, mais « il lui aurait été dit que les engagements de la direction seraient honorés ».

Deutsche Bank indique pour sa part qu’il n’y a « aucune preuve » de quelque promesse que ce soit. Et il est effectivement plausible qu’il n’y ait jamais rien eu de la sorte – à l’époque, les règles imposées par le régulateur à Londres étaient assez claires et interdisaient aux banques de s’engager pour plusieurs années sur les rémunérations variables. Il est tout à fait possible qu’il y ait eu un malheureux malentendu – il en effet très facile d’entendre ce que l’on veut entendre dans ce type de conversation, plutôt que ce qui a réellement été dit.

Même si sa période Deutsche Bank ne s’est pas achevée de la meilleure des manières, la carrière de Shikha Gupta est loin d’être terminée, et ce qu’elle a appris de ses expériences passées dans cette structure de défaisance a peut-être même contribué à sa réussite actuelle comme gestionnaire de hedge fund. Sans compter que toutes celles et ceux qui passent par ce type de filière ne finissent pas forcément par se faire licencier. Pour preuve, Deutsche Bank elle-même a récemment promu Richard Stewart, ancien de la fameuse Capital Release Unit, au poste de trésorier du groupe.

Reste que tout cela confortera forcément les craintes des banquiers à s’engager dans des postes impasses. Et – sauf à ce que l’action en cours fasse apparaître d’autres éléments – il deviendra à l’avenir plus difficile de recruter pour les structures de défaisance. Deutsche Bank pense maintenant que c’est le type de problème qu’elle laisse volontiers à la concurrence.

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Crédit photo : Philip Veater sur Unsplash

author-card-avatar
AUTEURDaniel Davies

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
À lire aussi
Offres recommandées

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail