Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs

Réflexions d’un MD en banque : « 20 ans à faire des semaines de 70 à 90 heures ; six millions de miles en avion »

John Metz, ancien banquier en technologie, a une idole. Ce n’est ni Warren Buffet ni Steve Jobs, qui le laissent tous deux plutôt indifférent, mais Ernest Hemingway. John Metz adore Hemingway pour son refus des études supérieures et sa maximisation des expériences vécues. « Pourquoi vouloir se tuer au travail ? » dit-il de Warren Buffet. « En fin de compte, il a échoué parce que sa famille le détestait », dit-il de Steve Jobs. John Metz, qui aime la rando, les voyages, la danse et la vie, ressemble plus à Hemingway : « j’ai une forte personnalité », admet-il. « Vous voulez survivre à votre vie ou tout simplement la vivre ? »

Ce mois qui s’achève marque la fin de la carrière en banque d’investissement de John Metz. Pendant plus de vingt-cinq ans, elle s’est répartie entre Credit Suisse (18 ans) et Jefferies (7 ans), au service de clients américains en technologie depuis son camp de base de San Francisco. Durer aussi longtemps en banque, c’est une performance, dit John Metz. « J’ai passé près de 30 ans sur le pricing des introductions en bourse et des deals M&A, sur la valorisation des boîtes de logiciels et d’infrastructure, » raconte-t-il. « La banque m’a aidé à rester jeune », ajoute-t-il.

Ce ne sont pas les exigences du job, mais les interactions avec les fondateurs qui lui ont permis de garder son niveau d’énergie. Il est ouvert aux exigences des carrières en banque et indique qu’elles se poursuivent par l’entremise des managing directors (MD). « J’ai bien trimé jusqu’à mes années de managing director », confie-t-il. « J’ai parcouru six millions de miles en avion, et fait 70 à 90 heures par semaine pendant 20 ans. » Au bout du compte, c’en était trop : « c’est difficile de rester enthousiaste quand on fait la même chose depuis près de 30 ans. J’étais mûr pour faire autre chose. » John Metz appartient à la même génération que Jim Donovan chez Goldman Sachs. Mais il est plus expansif et plus enclin à lâcher des jurons que Donovan, qui se fend aussi rarement d’un sourire qu’il laisse transparaître la moindre émotion. Les premières années en banque étaient les pires, confesse John Metz. « Après la bulle de l’internet dans les années 2000, on était tous détruits, » se souvient-il. L’approche du management des juniors était différente à l’époque : « je disais aux juniors ‘je vais jeter 10 d’entre vous à l’eau dans la piscine, et deux seulement survivront’ ».

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

author-card-avatar
AUTEURSarah Butcher Editrice Monde

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
À lire aussi
Offres recommandées

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail