Trouvez votre emploi idéal
Espace Recruteurs

Un CEO de banque usé appelle ses collègues à l’empathie

Cela n’a rien d’un indicateur classique de la bourse comme les couvertures ou les gros titres des magazines, mais le ton de la Jefferies Leadership Letter, la lettre mensuelle de la direction, est souvent un bon aperçu du ressenti du secteur. Et l’édition de février « People and Purpose » est particulièrement…crue ? Émouvante ? Ce n’est pas la première fois que Rich Handler et Brian Friedman insistent sur la dimension humaine, abordent franchement les questions de santé mentale ou appellent à plus d’empathie (voir l’exemple de mai 2022). Mais la dernière édition de cette lettre semble aller bien au-delà des clichés « on a le droit d’aller mal », admettant que pour un nombre significatif de banquiers, tout ne va pas bien :

« Nous savons par expérience et par l’attention que nous leur portons que les gens sont nombreux chez Jefferies à être confrontés, entre autres situations difficiles, à des problèmes de santé mentale ou physique, à la douleur de la maladie ou du récent décès de frères et sœurs, amis, parents ou conjoints, à des séparations ou des divorces douloureux qui les affectent eux et leurs familles, à la gestion de leur charge de travail et de leurs aspirations (réelles et auto-imposées), aux soucis liés aux licenciements, et à l’incertitude qui pèse sur la suite de leur carrière. […] Si rien d’autre ne devait rester de cette note, nous espérons que chacun trouvera un peu de réconfort en voyant que personne n’est seul face à ces fardeaux. »

Au regard de cette réalité, les deux leaders annoncent avoir revu leur perspective – à partir de maintenant, Rich and Brian « ne prioriseront PLUS » les choses en mode « comment nous recrutons de nouveaux talents » et « que de nouveaux clients ou partenaires nous rejoignent ». Même si cela pourrait ressembler à une annonce déguisée sur la fin de la frénésie d’embauche, il ne semble pas que ce soit le message qu’ils tentent de faire passer – « tout ceci est enraciné dans notre ADN à tout jamais. » C’est juste que la croissance et les objectifs financiers chez Jefferies sont aujourd’hui moins importants qu’être « la boîte HUMAINE de Wall Street » et celle « synonyme de respect et de don en retour à la société. »

L’idée est la suivante : Rich Handler et Brian Friedman veulent que chacune et chacun chez Jefferies se concentre sur le mentorat, le partage des relations et l’attention portée aux autres en tant qu’êtres humains, de sorte que s’ils y parviennent, l’argent suivra. Ce n’est pas vraiment nouveau : des thèmes similaires ont déjà été abordés dans ces lettres par le passé, et les auteurs les présentent comme les leçons durement apprises de l’expérience. En réalité, la première partie de la lettre consiste plus ou moins en un inventaire de tous les désastres auxquels l’équipe dirigeante de Jefferies a été confrontée ces trente dernières années, depuis le « L’un de nous [Rich Handler en l’occurrence] a dû passer des mois à travailler une partie de son temps sur la liquidation de Drexel Burnham pendant la journée, et copier manuellement le soir les listes interminables de détenteurs de presque toutes les obligations à haut rendement jamais émises » afin de lancer l’activité de trading d’obligations.

La banque est un secteur cynique, et bon nombre de gens peuvent ne voir dans ces nouvelles priorités que des paroles en l’air. Mais ce pourrait aussi être un test empirique pour un proche avenir. Si ces définitions de priorité doivent avoir une signification, elles ne correspondront sans doute pas à la stratégie habituelle en banque d’investissement qui consiste à utiliser les licenciements pour gérer le cycle économique. Ce qui signifierait alors que Jefferies ne répondra pas à la baisse des revenus par des licenciements massifs. Si elle le fait, c’est un autre proverbe qui se vérifiera – celui qu’un principe n’est un principe qu’à partir du moment où il a un coût financier.

Cliquez ici pour créer votre profil eFinancialCareers. Soyez visible auprès des recruteurs qui cherchent à pourvoir des postes de premier plan en technologie et finance.

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

author-card-avatar
AUTEURDaniel Davies

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail

Donnez un nouvel élan à votre carrière

Trouvez des milliers d'opportunités emploi en vous inscrivant sur eFinancialCareers dès aujourd'hui.
Les dernières offres d'emploi
Finegan Belgique
Risk Management Consultant
Finegan Belgique
Bruxelles, Belgique
Credendo
Third Line Support Manager
Credendo
Bruxelles, Belgique
QBE Insurance
Senior Financial Analyst
QBE Insurance
Bruxelles, Belgique
Credendo
Deputy CISO
Credendo
Bruxelles, Belgique
Credendo
ICT Procurement Specialist
Credendo
Bruxelles, Belgique

Abonnement newsletter

Recevez les derniers conseils carrière et toute l'actu emploi finance directement dans votre boîte mail