Les perspectives de bonus en banque n’étaient pas brillantes. Mais elles s’annoncent encore pires

eFC logo
Les perspectives de bonus en banque n’étaient pas brillantes. Mais elles s’annoncent encore pires

Nous l’avions remarqué lorsque Johnson Associates, le cabinet d’études de rémunérations à Wall Street, avait publié son dernier rapport sur l’état des rémunérations en banque : les bonus en banque d’investissement de 2021 figuraient en quelque sorte le point culminant atteint une fois tous les dix ans. Avec la chute des revenus, il faudra sans doute attendre très longtemps avant retrouver des bonus proches de ce niveau.

Johnson Associates ont mis à jour le 4 août leurs prévisions pour les bonus en banque en 2022. Si ceux en ventes et trading s’annoncent toujours prometteurs, les perspectives pour le M&A se sont dégradées. En mai dernier, le cabinet prévoyait une baisse de 15 à 20%. L’estimation d’août penche pour une baisse plus probable de 20 à 25%.

Le tableau ci-dessous met en évidence l’évolution des prévisions de Johnson Associates. Les banquiers M&A ne sont pas les seuls à voir l’avenir s’assombrir : les professionnels du private equity dans les méga-fonds doivent maintenant s’attendre eux aussi à une possible baisse de 5% de leurs bonus, que le cabinet prévoyait stables en mai.

La bonne nouvelle est que les tribulations des divisions banque d’investissement ne semblent pas affecter les activités de marché, où les prévisions de bonus restent inchangées, à la hausse et dans les mêmes proportions. Les plus chanceux sont les vendeurs et traders fixed income. Johnson ne détaille pas par typologie de produit, mais les macro-traders ressortent partout comme ceux qui bénéficieront de la plus forte hausse de bonus cette année – qu’ils officient en banque ou en hedge funds.

La perspective dégradée pour les bonus en divisions banque d’investissement concorde avec le triste niveau de revenus du deuxième trimestre. Les analystes de Deutsche Bank notent que les honoraires ECM des banques américaines ont reculé en moyenne de 79% sur un an au 2è trimestre, tandis que ceux en DCM chutaient de 50% ; pour les honoraires de conseil en M&A, la baisse a été de 12%.

On relève néanmoins que les revenus des activités de marché ont progressé. Selon les analystes de DB, les revenus FICC (titres à revenu fixe, devises et matières premières) ont augmenté de 25% sur un an, alors que ceux des ventes et du trading actions gagnaient 9%.

Cliquez ici pour créer votre compte eFinancialCareers et permettre aux recruteurs de vous trouver pour vous proposer les meilleurs postes en technologie et finance.

Crédit photo : Giuseppe CUZZOCREA sur Unsplash

Have a confidential story, tip, or comment you’d like to share? Contact: sbutcher@efinancialcareers.com in the first instance. Whatsapp/Signal/Telegram also available (Telegram: @SarahButcher)

Bear with us if you leave a comment at the bottom of this article: all our comments are moderated by human beings. Sometimes these humans might be asleep, or away from their desks, so it may take a while for your comment to appear. Eventually it will – unless it’s offensive or libelous (in which case it won’t.)

A lire aussi…

Secteurs les plus recherchés

Loading...

Recherche emploi

Rechercher articles

Close